Peintures de Jean-Claude Houdry - éditions TERROIRS

Autour de chansons et poèmes de Pierre Mac Orlan, Guillaume Apollinaire et quelques autres.

Jean Claude Houdry est un graphiste habile. Il sait représenter d’un trait sûr, et avec les couleurs justes, cet univers sordide auquel Mac Orlan eut la chance de survivre, et qu’il évoqua, plus tard, dans ses chansons : Rose des bois, la fille à soldats, « le nom des pat’lins où j’ai dérouillé », La relève montante, le vent qui « miaule en sourdine », les souvenirs… « Adieu la vie, adieu l’amour », écrivait l’auteur, anonyme, de la Chanson de Craonne. Mac Orlan, blessé au bois des Berlingots, devant Péronne, sa ville natale, eut la chance de revoir sa jeune femme. Ses livres n’en témoignent pas moins qu’il n’oublia jamais avoir été un « rescapé ». En accord intime avec cette littérature, Houdry restitue, par la sensibilité de son art, un monde désespéré : les barbelés, la boue, les arbres suppliciés par la mitraille, les visages angoissés, déjà brouillés par la mort proche, des hommes casqués, dans la tranchée, avant l’assaut… Grâce à lui, se font encore entendre, dans nos mémoires, la voix mélancolique des artistes ayant interprété les chansons de Mac Orlan, la musique et les mots d’un passé que le vent emporte.
Bernard Baritaud (1938-2021)
Président de la Société de lecteurs de Mac Orlan
Éditions TERROIRS

Télécharger un extrait